Le résumé du projet

Programme : Construction d’un équipement communautaire de proximité à vocation culturelle et d’une école de musique, danse et théâtre.
Phase : Début du chantier Mars 2017
Maître d’Ouvrage : Ville de Royat (mandataire) / Clermont Communauté

 

Architectes : CR&ON Architectes
Bureaux d’Etudes
 : TECO – Structure + Fluides + Économie + SSI + VRD / LASA – Acoustique / TOURNY – Scénographie

Mission : Base + Exé
Surface : 1 662 m² SP
Montant des travaux : 3,3 M€ HT

 

 

Deux équipements, une salle de spectacle et une école de musique, danse et théâtre. Deux territoires concentriques, Clermont Communauté et la Ville de Royat. Deux maîtres d’ouvrage qui mandatent le second pour réaliser le projet. Un seul site. Un seul projet, qui mutualise les intentions complémentaires et place en situation singulière chacune des deux entités, permettant à la fois repérage, identification et architecture unitaire.

 

Un projet entre ville et nature

Le projet, en limite de zone urbanisée, au pied de la montagne, en lisière de forêt, installe sur le site une séquence ville-nature qui symbolise une limite et organise sa porosité positive.

Le projet se lit comme limite de la forêt qui en conquiert encore la terrasse. La salle de spectacle est un contrefort, soutènement de la montagne, qui lie les deux faces du talweg artificiel constitué des aménagements existants du site, à l’Est le talus qui domine le parc des VTT, à l’Ouest, le mur de pierre, soutènement des jardins potagers. La salle de spectacle s’inscrit entre ces deux reliefs pour retenir la montagne, accueillir et contenir la forêt qui colonise encore par une lisière d’arbres la rive de sa terrasse supérieure. Et par la même intervention, dégage un parvis, véritable
équipement urbain, place excentrée de la ville, qui vient qualifier le site du Breuil. Le bandeau continu entre les deux rives de la vallée affirme cette intervention tandis que les plans ouverts de la façade expriment et réalisent la perméabilité entre les deux milieux et désignent les accès. Côté ville le parvis, place en pente douce qui mène au hall d’entrée, côté forêt l’espace extérieur de la salle de spectacle. Au centre la salle de spectacle et les spectateurs, tirant parti des deux situations et goutant leurs usages spécifiques, place urbaine minérale ou jardin privatif.

 

 

Le parvis, un équipement urbain inédit à Royat

Le parvis, entre bâtiment et parking, offre une grande capacité d’accueil de manifestations « extraordinaires », extérieures, salons, fêtes, « festivals enfants » ou « Fête du Livre » initiées par la Ville de Royat ou l’Office du Tourisme, ou encore le son et lumière de la MJC et l’association Sancybérie, qui investissent l’espace public. Il se prête particulièrement bien à des moments exceptionnels, comme, la fête du livre, les festivals enfants proposé par la ville de Royat, ou la fête de la musique, spectacle de rue. Le projet propose ainsi un aménagement, par sa grande dimension et son traitement paysager, un environnement, et une configuration architecturale support de créations singulières qui ne sauraient trouver leur place en centre ville.

 

L'école de danse, en équilibre

L’école de musique, danse et théâtre repose sur cet ouvrage de soutènement encastré dans la montagne. Émergeant de la forêt, son volume en porte-à-faux, porté par le socle, affiche la salle de danse jouant de son propre équilibre et de celui des danseurs dont les silhouettes, suspendues en plein ciel, s’affichent derrière sa façade en verre sérigraphié. Dans sa forme autonome, son orientation et sa situation, l’école de musique est une lanterne aérienne, visible dès l’entrée du site, signal et repère dans le paysage et la ville qui manque aujourd’hui à l’identification du secteur du Breuil.

Socle et lanterne en équilibre illustrent deux figures proposées par le règlement de l’AVAP (Aire de Valorisation de l’Architecture et du Paysage), encastrement et porte-à- faux, qui toutes deux composent avec la topographie, le signal, la fonctionnalité et les singularités du programme et du site. L’assemblage de ces deux dispositifs, à la fois « conventionnel » pour l’encastrement du socle et de « grande importance visuelle » pour le porte-à-faux de la lanterne, assume l’identité propre de chacun des deux équipements par leur mise en situation et revendiquent leur unité dans l’unicité de la matière minérale qui les habille et symbolise les intentions communes qui animent Ville de Royat et Communauté de Communes. Sa teinte claire se détache sur la forêt et la montagne, se différencie des pierres basaltiques brunes des soutènements des terrains de sport du site, pour être vue et pour capter et restituer la lumière et éclairer le parvis orienté au nord et à l’ombre de la montagne.

Dispositif qui rend bien compte de l’idée proposée par le programme d’un projet à la fois arrimé à son site et «comme suspendu entre nature et ville».

Deux strates horizontales pour la mutualisation et l'autonomie

L’assemblage de la salle de spectacle et de l’école de musique s’organise en deux strates superposées. Au sol, au contact du parvis, le hall, la salle de spectacle, son jardin et les locaux de service associés (sanitaires, loges, cuisine et stocks). Sur un niveau intermédiaire, l’accès au haut des gradins de la salle de spectacle et les locaux techniques propres à chacun des deux établissements.

Au niveau supérieur du terrain, l’école de musique, danse et théâtre, dont l’accès est assuré par un escalier et un ascenseur depuis le hall commun. Ces deux circulations verticales assurent, par simple contrôle d’accès le fonctionnement autonome de l’école. La partition du hall au droit de l’entrée permet d’en limiter l’accès lorsque seule l’école fonctionne.

La salle de spectacle

La salle de spectacles est au centre d’un dispositif d’une très grande polyvalence, basé sur la séquence Nord-Sud parvis, hall, salle, jardin qui répond bien à la diversité des activités qu’elle accueille : de l’espace le plus concentré sur la scène, pour un spectacle d’initiés, dans la salle recoupée par un rideau, évitant l’effet salle vide, à l’évènement exceptionnel (« week-end du livre » par exemple) qui assimile espaces intérieurs et extérieurs et mobilise tout le site. Le bar cuisine du hall et l’espace extérieur Sud, offrant la capacité d’accueillir tous les « afters », intérieurs ou extérieurs selon la saison, avec service traiteur. La capacité d’accueil des gradins mobiles de la salle de spectacle est d’environ 280 places répartis sur 13 rangées mobiles, une rangée fixe sur le palier supérieur ainsi qu’une rangée de chaises au premier rang permettant l’accessibilité des personnes à mobilité réduite. La régie ouverte et mobile de salle est située en fond de gradins lorsque ceux-ci sont déployés ou dans la salle au rez-de-chaussée lorsque la configuration de la salle l’autorise.

Plans