Le résumé du projet

Programme : Construction de la Cité de la Musique comprenant une SMAC, un auditorium, des locaux administratifs et d’enseignement, des salles de répétition.
Phase : Livré en 2013
Maître d’Ouvrage : Communauté d’Agglomération du Pays de Romans

Architectes : CR&ON Architectes (mandataire) / AAGROUP (associés)
Bureaux d’Etudes : DICOBAT – Économiste / BATISERF – BET Structure / NICOLAS ING – BET Fluides / H3C – BET HQE / LASA – Acousticien
Mission : Base + Exé
Surface : 3 990 m² SHON
Montant des travaux : 6,5 M € HT

La Cité de la Musique est lauréate et coup de cœur du public du Palmarès Bois Rhône-Alpes 2014 organisé par FIBRA. Regardez la vidéo réalisée pour l’occasion.

La Cité de la Musique a également été nominée aux ArchiDesignClub Awards dans la catégorie Culture.

Retrouvez une galerie de photos sur les différents événements de la Cité de la Musique sur le site officiel.

À travers son architecture et sa fonction et dans un souci d’intégration optimale, le projet de Cité de la Musique a pour finalité la réunification autour de lui, mais sans confrontation, des objets diversifiés et statiques tout en s’inscrivant dans une logique de renouvellement et de mise en valeur urbaine. Il est le lien entre tous ces objets existants, lien matérialisé par un volume libre en mouvement qui circule entre ces éléments : un ruban.

L’ouvrage, dont la vocation est de générer des flux, a également pour ambition de créer des échanges avec les objets du site en leur redonnant un nouvel attrait, la possibilité d’une fonction reconnaissable.

[ux_text text_pos= »center » height= »auto » text_align= »center » text_color= »dark » padding= »0px »]

À LA LOUPE

[/ux_text]

Le Site & Le Projet

 

La grande force de ce site est sa structuration naturelle composée d’éléments forts chargés d’histoire et incontournables : les bâtiments de l’ancien hôpital (maison du directeur, pavillon de la musique, chapelle…), l’ancien rempart, la colline, le boulevard. Sa grande faiblesse est que ces objets sont disparates, ayant perdu tous liens les uns avec les autres et avec l’environnement urbain et naturel.

Le projet de Cité de la musique s’articule entre tous ces éléments présents et conservés. A travers son architecture et sa fonction et dans un souci d’intégration optimale, il a pour finalité la réunification autour de lui, mais sans confrontation, des objets diversifiés et statiques tout en s’inscrivant dans une logique de renouvellement et de mise en valeur urbaine.

 

Une façade ruban pour unir et montrer

 

Notre but est de réunifier autour d’un bâtiment présent des objets diversifiés et statiques. Nous proposons de créer un lien entre tous ces objets, lien matérialisé par un volume libre, en mouvement, qui circule entre ces éléments : un ruban.

– Un ruban qui cerne le projet, le définit et le rend homogène face à l’hétérogénéité du site. – Un ruban qui assure une lecture cohérente du projet sur ces différentes faces et depuis les différents points de vue. – Un ruban qui retranscrit la fluidité, le chant, l’aspect musical du lieu, tel une portée organisant les notes qu’elle porte. – Un ruban au traitement uniforme qui rend évidente la volonté politique de réunion, fédération, mise en commun, mutualisation et d’unité. – Un ruban qui habille et révèle le volume de l’auditorium, signal explicite et assumé, comme une enseigne drapeau dont les deux faces offertes aux passants semble afficher le programme. – Un ruban qui par son identité forte permet d’éviter toute concurrence du projet avec les objets déjà présents sur le site. – Un ruban qui constitue un signal fort sur un site à requalifier.

Notre projet se caractérise également par sa couverture végétalisée, îlot verdoyant, perceptible depuis le rempart et les immeubles voisins. Cet écrin de verdure, délimité par le ruban, est percé et rythmé par des canons à lumière qui viennent éclairer les salles de l’école de musique.

 

De nouveaux lieux publics, premiers cadeaux du projet à son quartier

 

Le parking : entre boulevard et parvis

 

 

Le parking, de taille modeste conformément au programme, est positionné sur le boulevard, à l’Ouest au droit du rempart, à l’entrée du site, en lien direct avec le parvis et l’accès à la cour technique de la Cité. Traité sobrement et arboré, en continuité du parking du théâtre de la Presle, il reçoit un sol minéral rappelant la portion de rempart disparue en cet emplacement.

 

 

Le parvis : le point de ralliement

 

 

Le parvis officiel de la Cité de la Musique, premier signe, constitue un élément de communication essentiel, un lieu de rencontre et un point de repère ouvert sur le boulevard et la ville. Espace minéral, il assure le retrait de la Cité de la Musique sur le boulevard et laisse la Chapelle en évidence. Suffisamment vaste pour assumer l’affluence des entrées et sorties de concerts, il est le point de ralliement de la Cité et le lieu de transition entre dedans et dehors. Protégé de la pluie par l’avancée de l’étage en porte-à-faux, il peut accueillir des manifestations particulières, ouvertes sur la ville.

 

 

Le jardin : un lieu et un accès réservé

 

 

Indépendant du parvis, entre la Maison du Directeur et la Chapelle, autonome, il assume son caractère différent, privé. Tenu et encadré par les volumes du hall, et de la chapelle et de la maison du directeur, c’est un espace protégé, contrôlé. Ce jardin, autour duquel se réunissent la cafétéria, la salle de musique actuelle, le pôle de création et les deux bâtiments existant, peut être fermé à l’Est par une grille qui en assure, pour des moments particuliers, l’aspect privatif et permet un contrôle des accès depuis l’extérieur.

 

 

La cour technique : le spectacle « back stage »

 

 

Accessible depuis le boulevard, au travers du parking, la cour technique est conçue comme un espace de service, disponible, entre projet et rempart. Il présente le double intérêt d’offrir au public une vue sur l’activité « back stage » telle une vitrine et de se détacher du rempart pour le valoriser, en préserver la perception et la présence qui font le caractère du site.

 

 

 

Le rempart et la promenade : pour découvrir le projet

 

 

Le rempart est le premier plan du projet en arrivant sur Romans, il le défend et s’efface progressivement au bénéfice d’une promenade ouverte au public. Cette dernière, dont le projet préserve l’intégrité, offre une découverte progressive du bâtiment, de ces formes, de sa couverture végétalisée, et du volume de l’auditorium.

 

 

Une organisation générale pour l’autonomie et la mutualisation

Un hall commun pour cinq adresses autonomes

 

Accessible depuis l’entrée principale sur le parvis, le hall commun est le point central et passage obligé vers toutes activités de la Cité. Il présente au visiteur l’ensemble des entités et permet de repérer les 5 adresses que sont l’école de musique, l’auditorium, la salle de musique actuelle, le pôle création et le pôle ressource. Il garantit à la fois l’indépendance de chaque activité et leur regroupement pour le partage des équipements communs.

Le Pôle ressources et la cafétéria, des vitrines sur parvis et jardin Pôle ressources et cafétéria sont assemblés de part et d’autre d’un petit îlot fermé qui accueille leurs volumes clos. Ils présentant deux faces, deux ambiances, deux sollicitations différentes. Coté parvis, le pôle ressources, vitrine intelligente, coté jardin, la cafétéria, vitrine conviviale. L’école de musique, sur deux niveaux

Accessible depuis le hall par un sas, un escalier vitré et un ascenseur, l’école de musique est partagée entre le rez-de-chaussée et l’étage. Une grande visibilité des entrées de l’école de musique depuis le hall contribue à faciliter l’orientation des élèves et à fluidifier les circulations. Au rez-de-chaussée, l’accès à l’école de musique traverse le secteur des salles de concert, traduisant physiquement l’association du pole de diffusion et de l’école. De même, Ecole de musique et pôle de création bénéficient d’une relation intérieure, expression de la mutualisation voulue des équipements.

 

 
L’Auditorium autour des dépôts de scène

 

Elément phare du programme et du bâtiment, la salle de l’auditorium bénéficie d’une position privilégiée, directement accessible par le public depuis le hall. Offrant une image classique de calme et de sérénité de part sa typologie, elle est logiquement située côté boulevard réduisant ainsi considérablement les risques de nuisances pour les riverains. De forme allongée, elle est composée de gradins adossés côté boulevard et un plateau de scène orienté vers le cœur du bâtiment.

La Salle de Musiques Actuelles, coté jardin

De l’autre coté de l’accueil, la SMAC est positionnée plus en retrait pour être à la fois au contact du hall et du jardin. Générant un public plus dissipé, elle est tournée vers ce jardin privatif qui lui offre un espace extérieur, extension naturelle de la salle, à la fois protégée et évitant les risques de nuisances pour les riverains.

Le Pôle Création, indépendance et associativité

Logé au rez-de-chaussée entre la colline et la maison du directeur, le Pôle Création revendique une certaine indépendance. Il bénéficie d’un accès extérieur depuis le jardin et d’un accès interne depuis l’école de musique. Un sas la relie directement à la SMAC dans une association porteuse de toutes les potentialités et les synergies. Là aussi, les circulations périphériques joue le rôle d’espace tampon et garantissent la concomitance des activités sans risque acoustique.

L’administration, à l’étage, sur la vie du boulevard

Son plateau, au Nord, est directement accessible depuis le hall par l’escalier qu’elle partage avec l’auditorium. Ses orientations Nord et Est sont propices à la lumière naturelle et au confort d’été. Son positionnement en tampon entre entre le boulevard et l’école de musique participe à l’optimisation du confort acoustique de cette dernière réduisant ainsi au maximum les risques de nuisances sonores.

 

Structure et matériaux

 

Une structure béton pour l’acoustique et l’inertie, une structure métallique pour la souplesse des formes

Le bâtiment est constitué :

– d’une structure principale en béton qui offre la masse utile aux isolements acoustique et à l’inertie thermique. – d’une structure principale métallique porteuse de l’espace bureaux par 2 poutres treillis disposées dans les encombrements des cloisonnements rayonnants. – d’une structure complémentaire secondaire en ossature métallique, en déroulé, formant le ruban extérieur architectural et la sur toiture du volume de l’auditorium. Cette structure composite est génératrice des mouvements de façade et couverture.

 

Des lames de bois pour habiller les volumes

 

Le ruban et sa continuité en sur toiture sont revêtus de lames de bois, assemblées sur l’ossature métallique. Elles reçoivent un traitement naturel leur assurant un vieillissement progressif et homogène dans le temps quelque soit leur orientation.

Du verre pour voir et être vu

Le verre est également très présent, notamment au rez-de-chaussée en façades Nord (parvis) et Est (jardin) pour montrer et éclairer le hall. Son usage est réservé aux espaces où les contraintes acoustiques sont faibles.

Un tympan inox pour l’auditorium

La façade Ouest de l’auditorium reçoit un revêtement en inox qui lui permet de refléter le rempart et lui procure un caractère immatériel qui équilibre l’impact de son échelle.